Le chemin de Régordane

Petit matin à Luc
Petit matin à Luc

C’est un parcours qui fait partie maintenant des grands classiques de la randonnée au même titre que le Chemin de Stevenson bien que la réhabilitation de cet itinéraire historique (au moyen-âge c’était un chemin fréquenté de commerce et de pèlerinage) soit relativement récente: en 2004, création du tracé entre le Puy-en-Velay et Saint-Gilles-du-Gard (légèrement différent ce celui d’origine) et en 2008, parution du premier topoguide de la FFRP.
Il débute en Haute-Loire, fait une brève incursion en Ardèche, traverse la Lozère et termine dans le Gard.
Randonnée d’une dizaine de jours, totalisant environ 240 km, en tracé nord-sud, ne présentant pas de forts dénivelés ni de difficultés techniques. Le balisage est plutôt bien fait, excepté une petite partie après Laveyrune quand le chemin passe pour quelques kilomètres en Ardèche, le comité ardéchois de randonnée ne semblant pas s’intéresser à entretenir ce petit bout de chemin. Mais à part ce court tronçon, les quelques erreurs que j’ai pu commettre ont été plutôt le résultat de ma distraction.

Quelques considérations générales

Les atouts:
L'étang de l'Abiouradou
L’étang de l’Abiouradou

L’intérêt essentiel réside à mon avis dans la découverte de jolies petites ou moins petites bourgades qui recèlent un patrimoine historique bien conservé à commencer par le Puy-en-Velay. Notons également Pradelles, Langogne, La Garde-Guérin, Génolhac, Vézenobres…
Ce chemin réserve également au randonneur d’autres belles surprises comme les châteaux de Luc et celui du col de Portes, des restes de chemins médiévaux révélés par les traces des ornières creusées par et pour les chariots (entre La Bastide-Puylaurent et Prévenchères).
La partie à mon avis la plus spectaculaire se situe entre la Garde-Guerin et Villefort.

Les hébergements sont nombreux, ce qui facilite grandement l’organisation du voyage.

Les bémols:

La fin du parcours est nettement moins attractive que la première: beaucoup de kilomètres de goudron ou de pistes gravillonnées rectilignes entre les champs ou les vignes qui n’ont pas le charme des vignobles de Bourgogne ou d’Alsace dans une platitude interminable. Les abords et le contournement d’Alès sont absolument abominables, avec une entrée en matière au niveau du pôle mécanique (où vrombissent les moteurs des autos en cours d’essai), des heures de marche le long d’une rocade en plein soleil et des kilomètres de banlieue sans intérêt. Personnellement, je conseillerais de modifier le parcours, pour au moins passer dans le centre-ville d’Alès de façon à égayer un peu cette partie plus que rébarbative.

Je me suis arrêtée à Nîmes pour plusieurs raisons: premièrement, je trouvais que la plus belle partie de la randonnée était derrière moi et que je n’avais pas envie d’affronter de longues portions de chemins agricoles en plaine sous un soleil accablant. Deuxièmement, arrêter à Nîmes, ville desservie par des TGV facilitait grandement mon retour à la maison. Et enfin troisièmement, ne me sentant pas l’âme d’une pèlerine, mais seulement d’une randonneuse, je n’ai pas trouvé la motivation nécessaire pour poursuivre au-delà de Nîmes.

Quand faire la randonnée ?

C’est une randonnée que l’on peut faire au printemps, en été en automne et en hiver s’il n’y a pas de neige.

Avant Prévenchères
Avant Prévenchères

Mais le choix de la période de randonnée doit tenir compte de 2 facteurs essentiels:

  • L’ouverture des hébergements: les hôtels sont souvent ouverts presque toute l’année, excepté pendant les congés annuels. Concernant les gîtes et chambres d’hôtes, si quelques uns sont ouverts toute l’année, pour la majorité la période d’ouverture se situe plus ou moins entre début mai (parfois avril) et fin septembre voire fin octobre.
    L’offre est assez importante et diversifiée, ce qui permet d’envisager une fenêtre assez large pour effectuer cette randonnée.
  • Concernant la météo, ce qui m’a posé le plus de problème c’est la température et pourtant j’ai effectué cette randonnée dans la deuxième quinzaine de septembre 2018. Si le début de la randonnée est plus tempéré en raison de l’altitude qui oscille entre 650 et 1200m, la fin de la randonnée se situe entre 100 et 30m. En été et souvent en début d’automne, la chaleur peut être insoutenable, d’autant plus qu’il y a peu d’ombre sur les grands chemins agricoles du Gard.
    En automne, il faut aussi être attentif à la météo: en cas d’épisode cévenol, il vaut mieux arrêter (temporairement) sa randonnée.

Quelques renseignements pratiques

  1. Topoguide de la Fédération de randonnée pédestre: La bible de la randonnée. Ce topoguide contient tout: les fonds cartes et les explications claires du parcours, les distances séparant 2 points caractéristiques, les hébergements, les n° de téléphone à connaître, etc. Indispensable pour préparer sa randonnée. Pour ma part, je n’ai pas acheté de cartes supplémentaires et je n’ai pas eu recours au GPS.
  2. Ravitaillement
    Pas de problème d’approvisionnement en nourriture. Chaque jour, on trouve au moins un village où il y a un commerce ouvert sauf le dimanche.
  • Hébergement
    Le choix est large; À titre indicatif j’ai dormi:
    – Au Puy-en Velay: Gîte des Capucins
    – Costaros: Chambres et gîte du relais des brocanteurs (La propriétaire fait une phobie des punaises de lit. il faut venir avec sa bombe!!! )
    – Luc: Gîte Le Bertou: superbe gîte, accueil charmant  ♥ (tel: 06 83 08 91 60)
    – Pradelles: Le gîte de la mère Cadenette
    – Prévenchères: Hôtel Gîte d’étape “Chez Chiff’s »
    – Affenadou: « Gîte d’étape des Mènes« .  Assez loin du village, il faut prévoir de la nourriture mais les propriétaires sont sympas et m’ont dépanné.
    Génolhac : Gîte communal
    Alès: Gîte « La croisée des chemins« . Propriétaires accueillants. Gîte agréable mais fermé en juillet et août.
    – Ners: Hôtel du pont de Ners. Il n’y avait aucun autre hébergement de disponible dans le village.Un peu à distance du centre.
    – Russan:  Gîte « Les Figourières »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *