Chemin de liberté, de Châtas à Lièpvre (4)

.

« L’isolement est important pour vivre avec les autres dans l’indépendance. »

(Louise Portal – actrice)

.

Récit, photos
& réflexions

 

La marche solitaire, comme une retraite, a quelque chose de sain, surtout en cette période de campagne présidentielle. Elle constitue une mise en marge de l’agitation et du bruit de la société dans laquelle on vit. En ce moment, on ne peut plus appuyer sur le bouton d’une radio ou d’une télé, ouvrir un quotidien, sans être assailli de sondages journaliers, d’images de foules en délire acclamant les insultes de candidats envers leurs concurrents, de petites phrases grotesques ou assassines montées en épingles par les médias, suivies de réactions des outragés. Depuis quelques jours je n’ai plus ouvert le moindre journal, je n’ai aperçu, lorsque j’ai partagé au gîte de Châtas, le repas de mes hôtes menant une vie simple de « gens du peuple » que quelques images frivoles de « Plus belle la vie » ou d’un jeu dans lequel des candidats radieux convoitant une cagnotte censée ensoleiller un peu leur vie s’affrontaient dans la bonne humeur.

Festival des mondes solidaires : « Land of Anaka » (Geoffrey Oryema) tiré de l’album « Exile »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 Galerie de photos
Chatas-Liepvre
 

Sont-ce mes irritations engendrées par le pugilat politico-médiatique hexagonal qui m’ont poussée à aller marcher ? Évidemment, non. Déconnectée à présent de ce monde agité pour un temps, toutes ces gesticulations m’apparaissent plus que jamais inutiles et grotesques. Sans intérêt, narcissiques et d’un niveau lamentable, ne faisant nullement avancer le débat. Ce n’est que du vent censé agiter les girouettes, attiser les braises pour mettre le feu et faire des écrans de fumée pour masquer ce que devraient être les vraies préoccupations.

Si ces longues heures de solitude à arpenter les chemins m’offrent l’espace et la nature qui réjouissent l’œil et le corps, elles ont la vertu de permettre aussi et surtout de prendre de la distance : débarrassées de toutes les interférences extérieures parasites les pensées et agacements décantent et se hiérarchisent selon leur importance.

L’isolement temporaire est à la réflexion ce que l’eau boueuse est à celui qui a soif. Pour pouvoir se désaltérer, il lui faut attendre que les impuretés tombent au fond et que l’eau claire surnage : c’est elle qui est salutaire.

Trois jours d’exil depuis Emberménil : c’est le temps nécessaire pour oublier mes emportements épidermiques et vains et ne laisser que les vraies indignations, celles que suscitent la misère et l’injustice.

Marcher c’est un jeu de ping-pong entre les sollicitations extérieures et les pensées. L’alternance par excellence. Quand les images sont belles, surprenantes ou quand l’attention et l’énergie sont mobilisées par des problèmes logistiques ou difficultés techniques, le monde intérieur s’efface ; que la monotonie du paysage s’installe et les pensées se mettent à refleurir.

Pour cette étape, les panoramas ont été agréables, typiques des Vosges. La neige recouvrait uniformément les crêtes d’une épaisseur qui ne nécessitait pas vraiment de chausser les raquettes. Les vallées se contentaient d’être saupoudrées. C’est sur les cours d’eau que le froid a eu le plus de talent, en sculptant ses plus belles œuvres : ruisseaux totalement pétrifiés dans des circonvolutions et sinuosités fantaisistes de dentelles blanches et grises ou coulant avec de discrets clapotis cristallins sous une croûte épaisse de glace enserrant herbes ou racines et s’ancrant aux creux des rives.

Longue et belle étape commencée sous une grisaille et quelques flocons vaincus par un soleil qui ne s’affirma qu’en fin de journée…

.

Topoguide

de l’étape (28.5 km)

 

  • Descendre au centre du village de Châtas et prendre le petit chemin qui monte entre l’église et la mairie. Il ne comporte aucun balisage.
  • Arrivé au sommet de la côte, à la Croix des Fourrières, tourner à droite et prendre la piste balisée triangle rouge ( qui fait suite au chemin abandonné la veille pour aller à Châtas).
  • Suivre les indications «  Quatre bornes » et « Saales ». le balisage reste le même jusqu’à Saales.
  • A Saales prendre direction Provenchères-sur-Fave ( D420), et 700m plus loin, c’est-à-dire après les hôtels, prendre à gauche le sentier balisé rectangle jaune/blanc/jaune et losange bleu qui passe par-dessus la ligne de chemin de fer.
  • Après 400m, prendre à droite et environ 1 km plus loin, en forêt, on arrive à une nouvelle bifurcation. Prendre le sentier balisé triangle rouge qui descend plein sud direction Colroy-la-Grande. Attention, ne pas prendre le sentier balisé triangle rouge qui part direction Est vers le Voyemont
  • A la sortie de la forêt le chemin passe sur un pont de chemin de fer et se dirige par de larges virages à Colroy-la-Grande.
  • Passer devant l’église de Colroy et prendre la route de Lusse. A 300m, dans le virage, aux Agelins, un petit chemin démarre entre les maisons ; il est balisé chevalet jaune et indique entre autres « Col de Ralaine ».
  • Après 1,5 km, prendre le sentier balisé croix rouge qui est dans la continuité et qui va jusqu’à la ferme de l’Ordon.
  • Suivre le balisage triangle vert pendant environ 2,5 km, jusqu’à une bifurcation où l’on prend le chemin balisé rond jaune et triangle rouge « Col de Ralaine ».
  • Au col de Ralaine, tourner à droite et suivre le sentier toujours balisé triangle rouge qui descend à Grand Rombach puis à Sainte-Croix-aux-mines.
  • Traverser Sainte-Croix en se dirigeant vers le sud (c’est-à-dire vers le versant qui fait face à Rombach) jusqu’à arriver sur la piste cyclable.
  • Tourner à gauche et suivre la piste cyclable jusqu’à Liepvre (un peu plus de 3 km).

.

Logistique

& Cartographie

.

Hébergements

Saales (67420) : Hôtel des Roches, 17 Rue Église,  Téléphone : 03 88 97 70 90 ‎
Sainte-Croix-aux-Mines (68160) : Auberge de Sobache ; Will Catherine 40 Lieu-dit Sobache,  Téléphone : 09 75 91 18 84 ‎
Lièpvre (68660): Domaine d’Estary Frarupt, Téléphone :  03 89 58 42 15 (Mobile) ‎ 06 74 61 96 90
Lièpvre (68660): Gîte Madame Paulette Mouillé (première maison de Lièpvre sur le coté droit de la piste cyclable en venant de Sainte-Croix. Maison de l’ancien garde-barrière.) Téléphone : 03 89 58 44 28

Accès:

Saales: Ligne SNCF Saint-Dié – Strasbourg

Sainte-Croix-aux-Mines et Lièpvre : Car TER ligne Sélestat -Saint Dié

Cartes :  IGN 3617 ET « Ste-Marie-aux- Mines » au 1/25000e et IGN 3717 ET « Sélestat-Ribeauvillé » au 1/25000e.

 

Trace GPS

Chatas- Liepvre

Étape précédente                              Étape suivante

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *