Via Alpina 2011. Etape 4, d’Alpe Devero à Riale

« Homme de la plaine, pourquoi gravis-tu la montagne ?

Pour mieux regarder la plaine…  »

(Proverbe chinois)

Aujourd’hui l’étape est accommodante. Je tiens d’Helga des informations récentes et avérées : temps de marche et refuges ouverts sur le parcours. Aucun timing à respecter, le trajet du jour est court si l’on s’en tient au roadbook, mais il peut s’allonger au gré de mon bon vouloir.

Le temps est absolument merveilleux, agrémenté d’un vent frais qui contrecarre les volontés incendiaires d’un soleil qui règne en maître dans un ciel limpide. C’est une étape comme on en rêve, sans faux pas, sans bémol qui se négocie sans contrainte. On se dit en partant : je marche jusqu’à en avoir assez car je peux m’arrêter au lac Alpe Vanino, ou au refuge Myriam un peu plus loin, pousser jusqu’à Riale et même pourquoi pas, jusqu’au refuge Bimse.

C’est la dernière étape de la voie bleue, voguant intégralement en Italie. Je la quitte avec un peu de nostalgie comme on abandonne un compagnon de route. L’Italie avec sa chaleur, sa fantaisie, ses surprises m’avait séduite. Agacée parfois avec ses balisages de dilettante. Amusée avec quelques-uns de ses posti tappa déroutants. Cette voie faite en grande partie en juillet 2010 s’est gravée dans ma mémoire et s’est déversée sur le papier en près de trente cinq chapitres. A Riale, la voie bleue sera relayée par la voie rouge qui me ramènera définitivement en Suisse. Une Suisse qui pointait déjà son nez avec sa rigueur et sa sévérité sur le chemin walser vers Valvogna et Alagna, une suisse que j’ai déjà foulée entre Zwichbergen et Binn.

Ce sont les étapes où rien ne cloche qui ne trouvent jamais beaucoup d’écho sur le papier. Décrire la beauté des panoramas et les sentiments qu’ils inspirent serait une redondance. J’ai traversé le charmant et paisible petit village de Campiolo, longé le superbe lac Devero qui pourrait postuler comme candidat pour figurer sur les calendriers de la poste, monté au col Scatta Minoa dans des paysages sauvages et généreusement amples qu’aucune forêt ne privait à la vue. Je me souviens y avoir croisé un couple. Ces rencontres sont toujours si rares qu’elles me marquent.

Encadré de rochers agressifs, le col âpre contrastait avec le spectacle des pentes verdoyantes qui glissaient jusqu’au Lago Vanino. Eperonnée par le vent qui, à cette hauteur, se faisait glacial, je ne m’attardai guère et différais mon pique-nique jusqu’à une altitude où la température était plus clémente.

J’atteins le premier poste de ravitaillement à savoir le refuge Margaroti, arrimé au bout du Lac Vanino en début d’après-midi. Ilot d’animation presque incongrue qui tranche avec la solitude de plusieurs heures et me plonge comme toujours dans les mêmes questionnements : mais d’où viennent ces randonneurs que je ne vois jamais sur les chemins ?… Finalement en y regardant de plus près, la réponse est devant moi. Une large piste arrive là, après être passée quarante minutes plus tôt à proximité du refuge Myriam. En continuant, on arrive à la station supérieure d’un télésiège qui escamote les derniers lacets caracolant sous les arbres jusqu’à Canza. De telles commodités ne peuvent qu’encourager les foules à venir se mettre au vert.

Chalet Myriam. Il faut se décider. S’arrêter là et profiter tranquillement de la fin de journée, installée dans ce cadre enchanteur ou s’engager pour trois heures jusqu’à Riale. Après-midi peu avancé, solde d’énergie positif, temps agréable et fin de parcours sans grande montée… Le choix s’impose presque comme une évidence, je continue.


.
.

Après avoir roulé sa bosse à travers de si magnifiques paysages, le chemin s’abîme après quelques kilomètres dans la banalité d’une forêt touffue et dans la médiocrité d’une vallée. Il est contraint de composer avec une route jusqu’à buter sur un mur d’eau. C’est la cascade de Toce. Les flots drapent d’un voile de tulle vaporeux la roche polie comme le dos d’une mariée, irriguant d’une brume bienfaisante les feuillages alentour. Un grand panneau vante ses caractéristiques et mensurations, évoque les célébrités qui sont venues la visiter. Richard Wagner aurait dit d’elle qu’elle était la plus belle des Alpes. L’histoire ne dit pas si c’est du promontoire qui surplombe le vide ou de l’hôtel agrippé au dessus de la chute semblant en posture de faire le grand plongeon qu’il trouva l’inspiration pour composer sa chevauchée des Walkyries. En tous les cas, moi cet hôtel m’inspire et j’ y prendrais bien une chambre pour la nuit.
Le saumon remonte les rivières, franchit même des chutes d’eau parfois importantes pour revenir à son lieu de naissance. J’ai entamé cet itinéraire bleu l’année passée dans le sens inverse de la majorité des randonneurs. Comme le saumon, j’ai patiemment remonté son courant. J’atteins à présent le dernier obstacle avant d’accéder à sa source. Le sentier, à l’instar des échelles à poissons, remonte la cascade temporisant sa rudesse de quelques épingles à cheveux.

Parmi la poignée de maisons qui occupent le sommet seule une échoppe de souvenirs vit au ralenti et l’hôtel si fringant vu du bas est fermé. Cette espèce d’agora brossée par un vent froid est vide comme les lieux touristiques passés de mode. Il me reste encore près de quarante minutes pour atteindre Riale, la fin et le commencement.

Je ne mets pas beaucoup d’énergie à  me convaincre d’aller jusqu’au Refuge Bimse dont Helga m’a fait l’apologie car ma journée a été suffisamment longue. Je n’irai même pas jusqu’à Riale qui s’abreuve des rayons du soleil couchant. C’est tout juste si je lui accorderai un regard.
J’ai envie de m’asseoir, de profiter paresseusement de l’astre qui, à cette heure, sait se faire si doux.

Étape précédente                      Étape suivante

Durant cette saison 2011, je n’ai pas enregistré mes traces qui, pour la majorité des étapes se superposent à celles présentées dans le site de la Via Alpina. Pour retrouver les informations et le tracé de cette étape, cliquez sur les liens suivants : Étape Alpe Devero – Alpe Vanino et Alpe Vanino -Riale

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *