Astuces & sécurité

Ces recommandations sont valables pour tous les randonneurs, mais sont plus particulièrement destinées à ceux qui marchent en solitaire.

Sécurité

Avant d’entamer la randonnée

  • Contracter une assurance spécifiquement prévue pour la randonnée. Elle rembourse les frais de secours qui peuvent être très élevés (et à la charge du randonneur) dans les zones peu accessibles (en montagne en particulier). Il faut se méfier des assurances personnelles qui généralement ne couvrent pas ce type de risques. Les professionnels de la randonnée proposent des assurances adaptées (Vieux campeur, FFRP, CAF, Club vosgien, pour ne citer qu’eux). Ne pas oublier d’emporter la carte et le n° de téléphone à contacter en cas de besoin.
  • Laisser à ses proches restés sur place, l’itinéraire, les coordonnées des hébergements et le calendrier (au moins approximatif) de la progression prévisionnelle.
  • On peut s’équiper d’une balise spot petit outil de géolocalisation de la taille d’un GPS qui permet de communiquer sa position par satellite et de lancer une alerte en cas de problème.
  • S’informer des n° de téléphone des secours : 17, 15, 18 en France, 112 dans toute l’Europe (qui semble cependant poser quelques problèmes dans certains pays ou dans certaines conditions), 02 62 930 930 à la Réunion, etc.
  • Emporter (et garder toujours sur soi) les documents essentiels pour l’identification et la prise en charge du randonneur en cas d’accident: carte d’identité, passeport,carte vitale, carte européenne d’assurance maladie en cours de validité pour une rando dans les pays européens, n° de téléphone à joindre.

Pendant la randonnée et tout particulièrement quand  on randonne seul(e)

  • Partir tôt, afin d’avoir suffisamment de temps pour terminer l’étape sans être obligé(e) de forcer l’allure et accroître les risques de chutes. Et en cas de problème, on augmente ainsi les chances de rencontrer d’autres randonneurs.
  • Annoncer au gardien du refuge ou du gîte sa destination et le chemin emprunté. Dans certains refuges on demande cette information qui servira à orienter les recherches en cas de problème.
  • Si la réservation dans le refuge ou gîte suivant a été faite longtemps à l’avance, il est souhaitable, au départ de l’étape de confirmer l’arrivée (ou réserver si cela n’a pas été fait), car les gardiens de refuges ne s’inquiètent pas de ne pas voir arriver le randonneur, car bon nombre d’entre eux ne décommandent pas des réservations de longue date en cas de changement de projet.
  • Avertir des changements d’itinéraires.

Astuces pour ne pas se charger de trop, sans pour autant se priver

Savoir utiliser à bon escient les services de la poste

  • Se débarrasser au cours de la randonnée des affaires (devenues) inutiles à la poste : topoguides et cartes qui ne servent plus, livres…
  • Envoyer avant de partir ou faire envoyer par un tiers dans un gîte les affaires qu’on utilisera qu’en cours de randonnée (cartes pour la dernière partie du parcours, savon, chaussettes neuves,…). Avertir le propriétaire du gîte. Le paquet attendra gentiment. Éviter la « Poste restante », car dans les villages les heures et les jours d’ouverture sont souvent restreints. Sans compter que l’on peut arriver un samedi ou un dimanche.

Gestion optimale de l’eau et de la nourriture.

  • L’étude préalable d’une étape permet de recenser toutes les opportunités qui éviteront de transporter inutilement aliments, boissons, médicaments… ou au contraire de se trouver démuni. Ne jamais hésiter à se renseigner auprès des gardiens de gîtes et refuges qui sont des sources d’information en général fiables.
  • Bien boire le matin, à l’arrivée et le soir, quitte à se forcer un peu. Boire avant de démarrer la journée prévient de la déshydratation, limite la consommation durant la marche et permet d’alléger un peu le chargement. Recenser sur le parcours les points d’eau : torrents, fontaines, maisons habitées (où l’on se fait en général un plaisir de dépanner les randonneurs), cimetières (il y a toujours de l’eau dans les cimetières) et emporter l’eau en conséquence. En cas de doute sur la qualité de l’eau, mettre une pastille désinfectante, efficace après 1/2h (Aquatabs ou Micropur action rapide. Attention, ne pas prendre Micropur “classique” qui nécessite un temps d’action de 3h). Inutile de prendre 5 litres, s’il y a une habitation toutes les heures !

  • Idem pour l’alimentation. Manger correctement le matin, dès l’arrivée et le soir de façon à s’alimenter un peu plus légèrement à midi. Pour ma part je me contente de transporter du saucisson, fromage et pain (il m’arrive de varier). Si je rencontre des commerces, j’achète fruits et yaourts que je mange immédiatement. Je veille à avoir toujours l’équivalent d’un repas ou deux dans mon sac en prévision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *