Prélude à la Via Alpina juillet 2011

Le parcours prévu :

Le projet 2011 fait suite aux étapes effectuées en 2009 et 2010 qui avaient couvert la totalité de l’itinéraire compris entre Monaco (Monte Carlo) et le Col du Simplon par les voies rouge et bleue.

J’envisage de :

  • Reprendre au Simplonpass où j’avais arrêté le 4 août 2010,
  • Prolonger la voie bleue ( italienne ) jusqu’à Riale,
  • Emprunter la voie rouge de Riale (R93) à Adelboden (R100)
  • Suivre ensuite la voie verte d’Adelboden (C13) à Sücka (C1)
  • Reprendre la voie rouge à Sücka (R57) jusqu’à Obersdorf (R51)
  • Et faire, selon le temps qui me restera quelques étapes de la voie jaune à partir d’Obersdorf (B40).

Inch Allah !

Les soutiens

Un partenariat a été établi le 05/04/2011 avec la Via Alpina représentée par l’association de la Grande Traversée des Alpes. Par cette convention, je m’engage à respecter l’éthique de  la Via Alpina et de la Convention alpine qui prônent la recherche des rencontres avec les populations de l’arc alpin dans leur diversité culturelle, la découverte des espaces naturels par la randonnée pédestre (ou tout autre moyen non motorisé), l’esprit de lien et de continuité entre les différents pays de la chaîne alpine.

Merci  à Nathalie pour son appui et ses mails sympathiques.


Les préparatifs

Etape 1 ( 24 mai )

La totalité de l’itinéraire de 2011 va louvoyer en territoire germanophone : Suisse alémanique, Liechtenstein, Autriche et Allemagne.

Malgré mon patronyme (d’emprunt il faut bien l’avouer) qui pourrait laisser croire que mon niveau de connaissances dans la langue de Guillaume Tell est solide, il se résume en réalité à quelques phrases ou mots incasables (Ich liebe dich! …) et reliquats de poèmes datant de mon apprentissage scolaire laborieux (Ich weiss nicht was soll es bedeuten…, et patati et patata – Die Lorelei)

Il faut donc parer au plus pressé vu le temps qui me reste avant le départ et ne vois d’autres solutions efficace que  « L’allemand pour les nuls »  qui peut se traduire  je suppose  par « Deutsch für Null » .

Mais ce n’est pas gagné, la première énigme surgit au détour du deuxième paragraphe : 🙂

« Ersatz réunit er, un préfixe (une « particule » dite « inséparable ») par lequel commencent d’innombrables mots allemands, et le substantif der Satz (dèèr zats) (le set [tennis], le marc [de café], le dépôt, la phrase [grammaire]…)…  ???

Courage, il n’y a que 216 pages …

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

(Si vous souhaitez vous amuser un peu, cliquez ici)

Etape 2 ( 8 juin )

Le temps est formidable aujourd’hui… pour nos pauvres agriculteurs aux prises avec la sécheresse et noyés sous des montagnes de concombres invendus et pour les marchands de parapluies. Mais un temps à dissuader le plus stakhanoviste des randonneurs de mettre un orteil dehors. Ce ciel qui interdit toute escapade veut certainement me signifier qu’il faudrait peut-être que j’active un tantinet la cadence des préparatifs car il reste du pain sur la planche et certaines démarches qui ne peuvent pas se règler extemporanément.

J’attaque la réelle première phase de mon parcours qui consiste à me rendre sur le site de la Via Alpina.  Déjà les premières images d’alpages fleuris, de sommets enneigés, de chemins creux se déposent sur mon cerveau comme un voile multicolore… Mais revenons au temps présent :  je vais dans l’ordre

  • Recenser les étapes.
  • Faire le bilan de toutes les cartes indispensables et les commander sans tarder. Je sais par expérience que les magasins de sport en France n’ont pas toujours en stock les cartes de randonnée des pays étrangers. Les sites internet de vente de livres sont une bonne alternative. Va pour cette option ! En quelques clics, j’ai la promesse de mes 10 cartes couvrant la distance Riale – Vaduz. Pour la suite du parcours j’aviserai plus tard.
  • Imprimer le roadbook des étapes. Je ne l’emporterai pas avec moi pour ne pas alourdir le sac, mais il me sert à préparer mon voyage sur la base d’un document papier dont la lecture est plus aisée que celle d’un écran. Je prends note des remarques, commentaires, mises en garde, alternatives et suggestions de randonneurs.
  • Faire un listing de tous les hébergements jalonnant le parcours en mentionnant pour chacun d’eux le n° de l’étape, les coordonnées (contact et téléphone). C’est un travail préparatoire important, puisqu’il permet d’aménager ses étapes selon ses envies ou les circonstances sans être tenu de suivre exactement le fractionnement proposé par le site de la Via Alpina.

D’une part, cette liste sera téléchargée sur l’e-book que j’emporte ( petit outil que j’ai acquis et testé dernièrement pour palier l’impossibilité de trouver de la lecture en langue française dans mes différentes randonnées en pays étranger ). D’autre part, le fichier imprimé sur papier sera découpé : chaque fragment comportant les gîtes d’un secteur sera collé au dos de la carte correspondante. Comme celle-ci est toujours à portée de main quand je marche, les adresses des gîtes sont donc facilement accessibles sans devoir vider le sac.

  • Télécharger les traces GPS au format GPX . Mon appareil ne prend pas plus de 20 traces. Une fois les traces récupérées sur le PC, je les fusionne : 3 étapes consécutives en donnent une.

Personnellement, je reste très attachée aux « cartes papier ». Elles offrent une vision élargie du secteur que l’on traverse, permettent de se situer dans son environnement et de modifier son parcours le cas échéant. Je considère mon GPS comme un outil de sécurité qui peut être une aide en cas de brouillard ou de balisage  réellement défaillant. En dehors de ces circonstances je m’en sers comme altimètre et pour garder ma propre trace, utile au cas où je devrais revenir sur mes pas.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

(Si vous voulez  vous rendre compte des talents cachés de  Guillaume Tell, aussi habile au banjo qu’à l’arbalète, cliquez ici)

Etape 3 ( 18 juin )

Les cartes sont arrivées au compte goutte en provenance de quatre pays : Angleterre, Allemagne, Suisse et France. La dernière était dans ma boite aux lettres ce matin.

 

–  Que c’est écrit petit et que le réseau de sentiers pédestres est dense par endroits ! Même confortablement installée devant une carte étalée sur la table, j’ai toutes les peines du monde à déchiffrer certains noms qui de plus prennent un malin plaisir à me compliquer la tâche en se présentant avec des toponymes démesurés ou parfaitement imprononçables.  Je  vous laisse imaginer le déchiffrage du parcours sur le terrain par grand vent et sous une pluie battante. Allons, pas de détail : aux grands maux, les grands remèdes et confions au feutre fluo le rôle d’éclaireur…. En moins d’une heure, le petit serpent jaune se sera lové au creux des vallées, traversé une multitude de « Pass », visité de nombreux bourgs ou villages et sauté d’une carte à l’autre, entre Simplonpass et Vaduz….

–  Hier, j’ai adressé un mail à Frau Ursula, responsable d’un refuge près de Grindelwald situé sur la voie verte, pour lui demander, dans un allemand abominable, si je pouvais envoyer un paquet à mon intention  pour m’éviter de transporter la totalité de mes cartes et documents. Kein Problem, Frau Ursula gardera le paquet qui attendra à l’ombre de L’Eiger mon passage.

–  Pour la semaine à venir, il me restera à faire le point sur mon équipement dont la liste est presque immuable. Tirant les leçons de ma glissade de l’année dernière au Viso, j’ai ajouté une paire de crampons.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

🙂  Eh ben oui, Guillaume Tell avait une mère et elle était comme toutes les mères du monde, péniblement attentionnée. Cliquez ici, vous allez peut-être vous reconnaître ou vous replonger dans votre enfance !

Etape 4 ( 24 juin )

Ultimes préparatifs avant le grand départ prévu  pour lundi 27.

 

Achat du billet de train Strasbourg – Brig . Pour la suite,  il me faudra compter sur la chance car, comme à mon habitude je ne règlerai les derniers détails (hébergement au Simplonpass et bus pour y arriver) qu’au moment d’y être confrontée.

–  Révision du matériel, petits raccommodages et restauration de la pharmacie décimée par un redoutable passage de gué à la Réunion un mois et demi plus tôt qui avait consommé en trois jours le stock de pansements qu’il me faut habituellement  pour 6 mois de randonnée.

–  Imperméabilisation des chaussures.

–  Téléchargement des traces dans le GPS.

– Vérification de tous les appareils embarqués à bord…

et à partir de ce moment-là, la question récurrente va tourner en boucle jusqu’au moment où je mettrai le pied dans le train :

 » Mais qu’ai-je oublié ? »

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Guillaume Tell n’avait pas qu’un fils, mais celui sur la tête duquel on plaça la pomme passa à la postérité. En cas de défaillance du père, les frères étaient là, … au cas où.

Si vous voulez retrouver cette joyeuse fratrie cliquez ici

Peut-être le choix des illustrations musicales vous aura laissé perplexe. La plus grande partie de ma saison 2011 se déroulera en Suisse. Et la Suisse c’est le pays du chocolat, des montres, des banques mais surtout et avant tout de …

De la légende …

Guillaume (Wilhelm ou William) Tell était un ancien mercenaire, retiré dans ses montagnes et connu pour être un expert dans le maniement de l’arbalète.

Le bailli Gessler fit élever un poteau sur la place centrale du village d’Altdorf (Via Alpina, itinéraire vert, étape C6-C7) et y accrocha son chapeau, dans le but d’obliger tous les habitants à se courber devant son couvre-chef preuve de leur loyauté envers l’occupant autrichien.

Guillaume

Tell passa plusieurs fois devant le poteau, refusant de saluer. Dénoncé, il fut arrêté. Pour se justifier, il dit qu’il ignorait que cela était important pour le bailli. Gessler lui ordonna alors de percer d’une flèche une pomme posée sur la tête de son propre fils à l’aide de son arbalète.

Il réussit cet exploit le 18 novembre 1307, mais Gessler, ayant vu que Tell dissimulait un second carreau sous sa tunique, lui en demanda la raison. Tell répondit que s’il avait manqué sa cible et blessé son fils, le second aurait été droit au cœur du bailli. Face à cette insolence, Gessler le fit arrêter. Le bailli emmena son prisonnier par bateau sur le lac des Quatre Cantons. Au cours de la traversée, une tempête fit rage et Guillaume Tell qui savait comment manœuvrer l’embarcation, fut obligé d’assurer sa conduite. Arrivé au rivage, il bondit à terre et d’un coup de pied repoussa la barque. Par la suite, Tell tua le bailli.

Cet épisode héroïque aurait été à l’origine de la rébellion des Suisses contre les ducs d’Autriche, ce qui conduisit à l’unification des cantons historiques et à l’indépendance de la Suisse.

…à la musique
Guillaume Tell est le dernier opéra composé par Gioachino Rossini (3 août 1829). Cette œuvre en quatre actes dure cinq heures dans sa version originale et pour cette raison aujourd’hui elle est rarement représentée, même en Italie. Seule l’ouverture, pièce de choix dans un concert, est fréquemment exécutée de nos jours. La quatrième partie Allegro vivace (quatre minutes environ) en mi majeur qui s’apparente à une charge de cavalerie, demeure le mouvement le plus célèbre et symbolise la révolte des Suisses contre l’envahisseur autrichien.Ce mouvement a été utilisé dans des publicités, des épisodes des Lonney Toons, des films comme “Orange mécanique” de Stanley Kubrick. Il fait partie des morceaux de musique classique qui ont été les plus réinterprétés dans des versions folk, pop et rock.

 

 

 

 

 



 


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *