4 réponses

  1. Francis
    11 juin 2011

    « … das ich so traurig bin… ». Herr Sporr, mon professeur d’allemand de 3ème a fini par désespérer de m’apprendre les déclinaisons (tout comme des instituteurs s’étaient plus tôt arraché les cheveux à me faire retenir les tables de multiplication au delà de x 5), mais il saluait mon courage à oser me lancer dans la conversation sans cet outil soit disant indispensable. Je crois bien que j’aurais du mal à aborder la randonnée avec tant d’outils modernes et me contenterais des cartes, boussole et altimètre… dans un premier temps.
    Bons préparatifs.

    Répondre

    • mk
      14 juin 2011

      Merci de ton commentaire
      Je vois qu’ Herr Sporr a laissé des traces …
      Contrairement à ce que je pensais de prime abord le début de la Lorelei (Ich weiss nicht was soll es bedeteuten ) risque de m’être utile…
      L’outil moderne se résume à un GPS qui n’est souvent pas indispensable mais qui devient bien utile en cas de brouillard ou balisage défaillant, qui plus est, si l’on marche seul. Quant à l’ebook, sa fonction est avant tout de me fournir de la lecture en un minimum de poids pour m’éviter les incontournables magazines de treks qui peuplent les étagères de tous les refuges. Les soirées et même les nuits sont parfois longues ! Auf Wiedersehen.
      MK

      Répondre

  2. Nathalie (secrétariat international Via Alpina)
    7 juin 2011

    Alles Gute Martine!!

    Lieber Gruß,

    Nathalie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour au début
mobile bureau