Crêtes des Vosges en hiver : Renseignements pratiques

.

La randonnée dans les Vosges en hiver comporte des risques car les crêtes peuvent être englouties dans un brouillard qui réduit la visibilité à quelques mètres et le vent peut faire disparaître très rapidement les traces dans la neige. Il est donc indispensable de savoir lire une carte et se servir d’une boussole. L’idéal est de prendre un GPS dans lequel on aura eu soin avant de partir d’y transférer son parcours.

Conception de cette randonnée

Lorsque que l’on veut programmer une randonnée hivernale dans les Vosges, ou en montagne de façon générale, on doit tenir compte d’un certain nombre de contraintes :

  • la longueur des journées, plus courtes qu’en été: il fait nuit à 17h ou 18h.
  • le balisage et la fréquentation des sentiers : un sentier sans trace et mal balisé sera introuvable s’il y a de la neige.
  • le danger que représentent la neige, la glace et les avalanches sur certains tronçons, car contrairement à ce que l’on pourrait croire, les Vosges ne sont pas des montagnes à vaches inoffensives et régulièrement on y déplore des accidents.
  • et enfin, problème majeur, la parcimonie des hébergements ouverts.

Ce parcours d’une durée de 6 jours (137 km) a été conçu pour être réalisé en hiver et respecte le « cahier des charges » : Étapes pas trop longues qui ne contraignent pas à arriver de nuit  (si l’on ne démarre pas trop tard) et sentiers ne présentant pas de danger excessif. On peut l’effectuer dans les 2 sens, mais celui qui est proposé est plus progressif et l’enneigement est généralement moindre au début de ce parcours qu’à la fin.

Ne sont recensés que les hébergements ouverts et les moyens d’accès par transport en commun sur lesquels on peut compter durant cette période. Il est évident, que cette randonnée peut se pratiquer pendant les autres périodes de l’année et les possibilités d’accès et d’hébergement seront alors plus importants: la plupart des ferme-auberges ouvrent dès le mois d’avril.

L’itinéraire coupe à plusieurs reprises des routes ouvertes à la circulation. S’il n’y a pas de bus, en revanche des automobilistes peuvent dépanner les randonneurs : A Fouchy / au Grand Rombach (Étape 1), au col des Bagenelles / au col du Bonhomme (Étape 2), au Col de la Schlucht / au Gaschney (Étape 3), au Markstein / à Fellering / à Urbès (Étape 5)  et au Col du Hundsruck (Étape 6).

Matériel en période d’enneigement : Raquettes, bâtons. Les crampons s’avèrent  plus utiles que les raquettes sur certains parties de sentiers un peu verglacées et à flanc de montagne. Il est donc judicieux de prendre les deux. Il faut avoir à l’esprit que la marche avec des raquettes est plus fatigante et pour faire simple on dira que l’effort est majoré de 30%.

Mises en garde: Le nombre de chemins pour aller d’un point à un autre est parfois important et si en période « hors enneigement » on peut prendre la liberté de choisir l’un ou l’autre, en hiver il me semble plus raisonnable de  s’inspirer des conseils des randonneurs, des hôteliers ou gardiens de gîtes et de respecter les interdictions qui sont le fruit d’une connaissance du terrain et des évènements tragiques qui endeuillent chaque année le massif Vosgien.

Dans le descriptif de certaines étapes, j’ai signalé ce qui m’avait semblé dangereux : Soit parce que j’ai pu moi-même me rendre compte de la difficulté dans de précédentes randonnées, soit parce qu’elles m’ont été signalées par les aubergistes ou randonneurs.

Les fichiers GPX des  6 étapes peuvent être téléchargés sur le site TraceGPS

Le balisage dans les Vosges est spécifique au massif. Il figure sur les cartes IGN, à l’exception des parcours en boucle de courte distance, marqués qu’un anneau.

.

Étape 1 : De Villé à Sainte Marie au Mines (28,8 km)

Arrivée : Ligne de bus Sélestat-Villé : départ du bus devant la gare SNCF de Sélestat  Réseau 67 ligne 510/511.

Descriptif : Étape un peu longue, mais sans grande difficulté. Peu de dénivelée, douces montées ombragées. Il faut être à l’affut de tous les changements de balises car cette étape est un échantillonnage de tout ou presque ce qui existe dans les Vosges.

Démarrer sur la place centrale de Villé en suivant les balises rectangle jaune direction Breitenau et Lalaye jusqu’à la D97. Prendre direction Fouchy (sur la route ou par un raccourci qui débute dans un virage près d’une croix). Traverser Fouchy en suivant les balises rond vert jusqu’au carrefour avec D39 (500m). Là, prendre triangle jaune et suivre le chemin jusqu’à une fourche et un balisage triangle vert qui rejoint un sentier balisé croix rouge jusqu’à Schlingoutte. Prendre ensuite la piste marquée rond et anneau rouges en direction du Col de la Hingrie. Peu avant le col prendre triangle bleu en direction de Creux-Chêne et Grand Rombach. A partir de là suivre croix jaune jusqu’à Sainte Marie.

Hébergement et restauration sur le parcours

  • Pas de possibilité de restauration sur le parcours. Abri à Creux Chêne et Grand Rombach. Prévoir de l’eau et à manger.

Cartographie :  IGN 3717 ET et  3617 ET

Hébergement à l’arrivée :

  • Chambre et table d’hôtes sympathique (si vous n’êtes pas un groupe trop nombreux)  Rajzwing Zinck Isabelle, 248 B, rue Clemenceau 68160 Sainte-Marie-aux-Mines 03 89 58 65 06
  • Quelques hôtels à Sainte Marie : S’adresser à l’Office de Tourisme. 86 rue Wilson 68160 Sainte-Marie-aux-Mines tél.: (+33) 3 89 58 80 50

Ligne de bus TER Saint Dié/Sainte Marie aux Mines/Sélestat : ce qui permet de commencer ou terminer la randonnée ici.

Étape 2 : De Sainte Marie aux Mines au col du Calvaire (24 km)

Deux options possibles : Soit prendre le chemin balisé rond rouge qui monte de Sainte Marie à « l’arbre de la Liberté » par la côte d’Echery, soit partir du Col de Sainte Marie (se faire conduire en taxi. Pour notre part, notre hôtesse nous a gentiment proposé de nous y conduire en voiture). Prendre au Col le sentier rectangle bleu (GR531).

Descriptif : C’est un joli chemin en crête traversant des lieux chargés d’histoire qui se raconte par ses cratères d’obus, ses stèles et ses tombes de soldats morts pendant les combats des guerres de 1870 et 1914. Montées et descentes successives, dents de scie que l’on peut adoucir entre l’arbre de la Liberté et le col du Pré des Raves, en prenant la variante balisée bleu/blanc/bleu qui contourne les sommets.

Au col Du Bonhomme, continuer sur le sentier rectangle bleu en direction du col du Louschbach et en fond de vallée à l’altitude 927m, avant le col, prendre sentier anneau rouge direction la Maze, Montjoie et le col du Calvaire. Au col prendre la route en direction d’Orbey : On y trouve après quelques centaines de mètres les hôtels (indiqués).

Hébergement et restauration sur le parcours

  • Abri à l’arbre de la liberté

Cartographie : IGN 3718 OT 3618 OT

Hébergement à l’arrivée :

Galerie de photos
Ridge Walking
 

Étape 3 : Du Col du Calvaire  à l’hôtel Schallern (19 km)

Descriptif : Grand classique de la randonnée dans les Vosges: GR5 (rectangle rouge) surplombant le Lac blanc et le Lac des truites sur les crêtes passant alternativement le Gazon de Faing, le Gazon de Faîte, le Tanet et le col de la Schlucht. On continue, toujours sur la crête, par le même balisage, en direction du Hohneck pour redescendre sur Schaefertal puis sur la ferme-auberge de Schiessroth. On gagne ensuite l’hotel Schallern par le sentier triangle bleu.

Attention ! Au col de la Schlucht, ne pas prendre le Sentier des Roches (GR531 rectangle bleu) pour vouloir rejoindre Schaefertal en hiver ou par temps humide. Il est interdit en hiver en raison de nombreux accidents (mortels) qui ont eu lieu sur ce tronçon.

Attention ! À Schaefertal, ne pas prendre le sentier balisé triangle bleu qui contourne le Petit Hohneck pour arriver à Schallern. Il est glissant, sans trace, verglacé et à flanc de montagne.

Par ailleurs, s’il y a encore beaucoup de neige, éviter le sentier triangle bleu entre la ferme-auberge de la Schiessroth et l’hôtel Schallern (si l’on n’a pas de crampons). Il est préférable d’emprunter le chemin plus large balisé rouge/blanc/rouge qui va à la station du Gaschney. A partir de là, un sentier triangle bleu monte en 20 minutes à l’hôtel.

Hébergement et restauration sur le parcours

Cartographie : IGN 3618 OT

Hébergement à l’arrivée :

Etape 4 : De l’hôtel Schallern à Steinlebach (25 km)

Descriptif : Partir tôt (essayer de négocier l’heure du petit-déjeuner) car l’étape est longue surtout si l’on marche avec les raquettes.

On descend par le sentier triangle bleu à la station du Gaschney pour prendre ensuite le sentier rectangle bleu jusqu’au lac de la Schiessrothried. Rejoindre le lac du Fischboedele par le sentier rectangle rouge (GR5). Au lac du Fischboedele, prendre le sentier balisé croix bleue qui monte à Kerbholz et continuer sur le sentier rectangle bleu jusqu’à Fermuss et refuge du Rainkopf.

Attention ! Entre le lac Fischboedele et Kerbholz, ne pas prendre le sentier rectangle bleu. Il y a un passage délicat (en tout temps) en dessous du Spitzkoepfe et quasiment impraticable l’hiver .

A partir du Rainkopf, c’est un chemin de crête balisé rectangle rouge (GR5) avec sa variante (rouge/blanc/rouge) qui évite les sommets.

Attention ! En hiver, la visibilité peut être presque nulle et les traces sont vite effacées s’il y a du vent.

Entre Rainkopf et Hannenbrunnen, la crête est marquée d’une ligne de piquets que l’on peut suivre. Entre Hannenbrunnen et le Markstein, c’est parfois plus délicat, les balises sont espacées et le chemin est indiscernable. C’est dans cette partie du parcours et dans ce type de conditions que le GPS est particulièrement utile. Veiller à avoir des piles de rechange pour ne pas être démuni en cas de besoin.

Le refuge du Steinlebach est bien indiqué et se situe au bout d’un chemin au nord-est du Markstein.

Hébergement et restauration sur le parcours

  • Aucune possibilité de restauration sur le parcours en hiver. Prévoir de l’eau et à manger.
  • Possibilité de s’abriter dans le garage du refuge du Rainkopf.
  • Refuges sommaires pour randonneurs (chauffage possible) à Neurod et Hannenbrunnen.

Hébergement à l’arrivée :

Étape 5 :  De Steinlebach à Rouge Gazon (17.5 km)

Descriptif : Prendre le sentier rouge/blanc/rouge en direction de Trehkopf, et descendre à Fellering. Traverser la vallée en prenant le sentier anneau bleu en direction Urbes, puis le balisage rouge/blanc/rouge pour Storckensohn, le Gazon Vert et Rouge-Gazon.

Hébergement et restauration sur le parcours

  • Fellering:  Hôtel Roos, 45 Grand’Rue 68470 Fellering  Tel: 09 79 00 04 70
  • Fellering: Commerces

Possibilité d’arrêter la randonnée à Fellering: Gare SNCF. Ligne TER Kruth/Mulhouse

Cartographie : IGN 3619 OT

Hébergement à l’arrivée:

Étape 6 :  De Rouge–Gazon à Thann (22km)

Descriptif : Monter à la crête de la Haute Bers par le sentier balisé bleu/blanc/bleu qui part de l’hôtel et redescendre jusqu’à trouver le GR5 rectangle rouge. Prendre direction Col des Perches et suivre le GR5 jusqu’à Thann.

Attention ! Ne pas prendre le sentier rectangle bleu entre l’hotel et le col des Perches en hiver même équipé de crampons: Sentier escarpé par endroit et verglacé. Un accident mortel en janvier 2011.

Hébergement et restauration sur le parcours

  • Possibilité de manger à la ferme-auberge de Belacker : ouverte en toute saison sauf le mardi
  • Refuges à la Waldmatt, en général fermés, mais peuvent être ouverts par chance !

Cartographie : IGN 3619 OT

Fin de la randonnée : Gare SNCF de Thann ligne Ter Kruth- Mulhouse.

Si vous souhaitez des renseignements complémentaires ou si, suite à cette lecture vous décidez d’entreprendre cette randonnée, postez un commentaire et je me ferai un plaisir d’y répondre.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *