Solo Madeira: Cuisine à la madérienne (4)

Casa de Queimadas, départ de la levada de Caldeiro verde
Casa de Queimadas, départ de la levada de Caldeiro verde

Mercredi 25 février

Radiateur d’appoint qui rend l’âme en soirée, Nuit sous quatre couvertures qui pèsent des tonnes dans ce caveau glacial et humide.

Je prend mon petit déjeuner, assise seule à la même place qu’hier entre les harmonies planantes de JM Jarre et les conseils de l’entraineur de football d’une équipe portugaise qui gesticule dans le poste de télé. Café et pain beurré au relent de « bolo do caco » spécialité locale qui est un petit pain chaud fourré de beurre à l’ail.

Le temps est à la hauteur des prévisions: gris, triste et humide.

Départ pour Caldeirao verde et Caldeirao inferno avec une petite mise en condition jusqu’à Casas de Queimadas, point de départ de la levada  Ce n’est pas tant les jambes qu’il faut entraîner, mais le moral qu’il faut maintenir à flot, car le temps qui ne cesse de se dégrader gâche considérablement le plaisir !

Cuisine à ma madérienne

Choisissez une levada amplement décrite dans tous les guides touristiques, par exemple celle du Chaudron vert .

–  Sortez quelques rossbifs et froggys et deux ou trois chapelets de germains matinaux de leur emballage qui sera laissé au parking.

–  Laisser tout ce petit monde se lancer à intervalle régulier sur le parcours sécurisé à la dénivelée insignifiante

–  Arrosez périodiquement à l’occasion de passages sous les encorbellements de la paroi du jus de la montagne gorgée des averses de la nuit et de la veille.

–  Couvrez à trois ou quatre reprises par des tunnels suintants de quelques dizaines de mètres, complètement obscurs.

–  Parfumez de lauriers et nombreuses autres herbes variées et laisser mijoter sur plus de 6,5 kilomètres.

–  Laissez reposer à proximité de la cascade du chaudron vert.

–  Transvasez les plus coriaces (qui bravent l’interdiction d’aller plus loin) dans le chaudron infernal (Caldeirao inferno) et laissez-les s’aventurer pendant une bonne heure supplémentaire – Terminer à couvert par la traversée de deux autres tunnels.

–  Laissez reposer quelques minutes.

–  Faites ensuite revenir le tout, sur le même parcours.

Sur le retour, silencieusement je talonne pendant un long moment un groupe de six anglais qui ne s’aperçoit pas de ma présence. J’observe deux femmes qui jacassent continûment pendant tout le parcours sans prêter la moindre attention à ce qui les entourent. Leur comportement me plonge dans de grandes réflexions sur les bénéfices de la marche solitaire.

Cascade du chaudron vert
Cascade du chaudron vert

L’acte de marcher ne requiert aucune concentration, l’esprit est disponible à toutes les sollicitations extérieures: les images, les sonorités, les couleurs. Mais le cerveau ne sait pas toujours faire deux choses à la fois, l’attention est rapidement détournée par l’écoute de partenaires bavards. Seul, on développe au fil de kilomètres une réceptivité accrue qui fixe les images et les sensations dans le souvenir.

Progressivement, le caquetage des ces femmes m’agace. Il pollue mon espace. Je toussote , prends une allure résolue qui indique que mon pas ne peut s’accommoder du leur et je les dépasse assez rapidement pour ne plus les entendre.

La journée était peu fatigante, si peu d’ailleurs que je décide  avant de retourner à mon sombre triangle de tôle, de repérer le départ de la montée à Pico Ruivo par Achada de Teixeira, prévue pour demain. Large chemin qui après six cents mètres (sans la plus dérisoire indication) se réduit à un passage si étroit se faufilant entre les ronces et les genêts que je doute même d’être sur le bon chemin. Mais comme il n’y en a pas d’autre et qu’il s’oriente dans la bonne direction, je lui accorde ma confiance par défaut.

Galerie de photos
Solo madeira
 

Enfin quelques rayons de soleil dans cette fin d’après-midi. Je veux en profiter et je prolonge ma montée jusqu’à Teixeira avant de rentrer (soit une rallonge de près de deux heures et demi)

Je veux y voir un heureux présage annonçant qu’un Helios magnanime saura donner un peu de sa divine personne pour la journée à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *