Crête des Vosges par les GR®5 : D’Urmatt à Schirmeck: première tentative (6)

Montée au Col de Mutzig

Eck., mardi 26 mars

Mario et moi avons décidé de faire la partie Urmatt-Schirmeck ensemble pour le week-end de Pâques avec étape au Donon où nous avons réservé une chambre à l’hôtel.
Espérant une amélioration de la météo, nous partons de Strasbourg par un temps exécrable, Mario plus décidé que moi qui suis prête à renoncer.

Les parcours linéaires engendrent toujours beaucoup de complications logistiques car ils nous obligent à déposer le véhicule à l’arrivée de l’étape et rejoindre par train ou bus le point de départ. Ou inversement ! La solution qui nous paraissait la plus judicieuse était de laisser la voiture à Schirmeck et de revenir par le train à Urmatt, début de l’étape.

Nous avons démarré vers onze heures, direction la Porte de Pierre. Au bout de quelques kilomètres une fine couche de neige apparaît, s’épaissit progressivement avec l’altitude pour atteindre plus de quarante centimètres.

Arrivés à une bifurcation on ne sait quelle direction prendre. On avance péniblement sur une large piste dans un sens, puis on rebrousse chemin à la recherche des balises qui sont d’ordinaire si évidentes.

On tergiverse ainsi près d’une heure jusqu’au au moment où, prêts à renoncer, un rayon de soleil dessine l’imperceptible relief d’un sentier qui s’élève au-dessus de cette m audite piste. La découverte de balises dissimulées sous la neige soufflée par le vent confirme notre intuition. On se décide à continuer, pensant ne plus être très loin du sommet. Mais la montée est longue et pénible sans raquettes. Peu de temps avant la Porte de Pierre, on se résigne à abandonner, Mario souffrant terriblement des adducteurs. Il faut se rendre à la raison: il y a encore du dénivelé e t un bon bout de chemin jusqu’au Donon* et probablement davantage de neige.

Pâques au Donon

La descente est lente et de plus en plus pénible pour Mario qui avance comme un paralytique, sa douleur empirant à chaque pas. Il m’avoue en arrivant à la gare d’Urmatt qu’il n’aurait pas pu continuer beaucoup plus et nous nous félicitons de notre décision qui nous a évité de faire appel aux secours. Nous rejoignons par le train Schirmeck où nous attend la voiture. Mauvais choix, nous aurions dû la laisser à Urmatt, mais on ne pouvait pas prévoir !

Nous ne renonçons pas pour autant à notre soirée au Donon. L’hôtel encapuchonné est boudé par des touristes préférant le soleil à ce climat hivernal. Durant la nuit nous sommes réveillés à plusieurs reprises par le passage des chasse-neige. Curieux manège pour un week-end pascal !

Ce n’est que partie remise; il faut savoir abandonner, même si cela coûte. Il faudra attendre probablement quelques semaines pour que les sentiers soient praticables sans raquettes. (lire la suite)

Galerie de photos « De Saverne à Barr »

Saverne-Barr
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *