La traversée du Jura: Préambule

Mon frère Patrick m’a accompagnée sur une grande partie de la Traversée du Jura.

Il est atteint de schizophrénie. Cette psychose se manifeste par la modification de la personnalité et par la perte du contact avec la réalité.
Sa pathologie se traduit dans la vie courante par son incapacité à s’intégrer dans une vie socio-professionnelle, à se forger une personnalité et à exprimer ses désirs. Il manifeste peu d’intérêt pour les activités, ses besoins semblent être essentiellement vitaux. Il développe un comportement autistique, exprime des propos répétitifs souvent déconnectés de la réalité et se réfugie dans un concept religieux jusqu’à la marotte. Les contrariétés lui donnent un sentiment d’insécurité qui s’extériorise par de l’agressivité verbale, des gestes désordonnés et des comportements imprévisibles.

Il attend avec un peu d’impatience chaque année ces quelques jours que l’on passe ensemble à s’évader sur un chemin ou sur un autre. Au delà des effets bénéfiques de la marche, il recherche sans aucun doute une présence et une écoute, ces bonheurs simples qui font si souvent défaut à ceux qui souffrent.

Les relations n’ont pas toujours été simples parfois même éprouvantes, mais néanmoins de ce chemin partagé, sont nées une grande complicité et une affection mutuelle. (lire la suite)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *